Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 15,21-

28. 

Jésus s'était retiré vers la région de Tyr et de Sidon. 

Voici qu'une Cananéenne, venue de ces territoires,

criait : « Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma

fille est tourmentée par un démon. » 

Mais il ne lui répondit rien. Les disciples

s'approchèrent pour lui demander : « Donne-lui

satisfaction, car elle nous poursuit de ses cris ! » 

Jésus répondit : « Je n'ai été envoyé qu'aux brebis

perdues d'Israël. » 

Mais elle vint se prosterner devant lui : « Seigneur,

viens à mon secours ! » 

Il répondit : « Il n'est pas bien de prendre le pain des

enfants pour le donner aux petits chiens. -

C'est vrai, Seigneur, reprit-elle ; mais justement, les

petits chiens mangent les miettes qui tombent de la

table de leurs maîtres. » 

Jésus répondit : « Femme, ta foi est grande, que tout

se fasse pour toi comme tu le veux ! » Et, à l'heure

même, sa fille fut guérie.

 

Résultat de recherche d'images pour "La femme cananeenne" 

 

 Parfois, Seigneur, je te sens passer, tu ne t'arrêtes pas pour moi, tu me dépasses, mais je crie vers toi comme la Cananéenne. Vais-je donc encore oser m'approcher de toi ? Bien sûr, car les petits chiens chassés de la maison de leur maître continuent à revenir, et veillant à la garde de la maison, ils reçoivent leur pain chaque jour. Chassé, me voilà donc encore ; mis à la porte, je crie ; malmené, je supplie. Comme les petits chiens ne peuvent pas vivre loin des hommes, pas davantage mon âme loin de mon Dieu !

      Ouvre-moi, Seigneur. Que j'arrive jusqu'à toi pour être inondé de ta lumière. Toi, tu habites dans les cieux, tu t'es caché dans les ténèbres, dans la nuée obscure. Comme dit le prophète : « Tu t'es enveloppé d'un nuage pour que la prière ne passe pas »

(Lm 3,44).

 

Jusqu'à quand, Seigneur, jusqu'à quand tarderas-tu à déchirer tes cieux, à descendre pour venir secouer ma torpeur ? (Ps 12,2; Is 63,19) Que je ne sois plus ce que je suis..., que je me convertisse et que je revienne au moins vers le soir, comme un petit chien affamé. Je parcours ta cité ; elle pérégrine encore en partie sur terre, même si la majorité de ses habitants ont trouvé leur joie dans les cieux. Peut-être que j'y trouverai moi aussi ma demeure ?

Donne-nous l'audace de t'appeler à

notre secour dans toutes

les circonstances de notre vie.

 

  

 

GOD BLESS YOU !!!

 

 

 

 

 

 

 

Mon Dieu et mon TOUT Je T'Aime !