Je veux bien ouvrir mon coeur à la lumière d'un petit enfant. Se poser des questions est bon, c'est une façon de chercher en vérité.

GALERIE - L'Oeil du Prince | Galerie d'Art Figuratif • PARIS

La vie éternelle n’est pas un grossissement de ce que nous appelons ici-bas le bonheur ?

Le vie éternelle, un repos ?

La Bible (…) nous présente la vie éternelle comme un repos et nous avons tendance à imaginer la vie éternelle dans la ligne de ce repos auquel nous tenons dans la vie terrestre lorsque nous sommes fatigués. Lorsque nous laissons vagabonder notre imagination sans la corriger par la réflexion, nous nous représentons cette vie éternelle comme une sorte de farniente éternel.

La liturgie, me direz-vous, nous y encourage, puisque dans l’office des morts, nous disons ‘ donne-leur, Seigneur, le repos éternel’. Seulement, la liturgie suppose que nous sommes intelligents, c’est élémentaire !

La vie éternelle, un festin ?

On nous représente également la vie éternelle comme un festin, un banquet parce que, dans la vie présente, le repas en commun est le signe de la fraternité, de la paix et de la joie. En nous parlant du festin éternel, on nous fait projeter dans l’avenir le présent tel quel. Cela est proprement mythique et il faut reconnaître que la Bible, l’Evangile lui-même ont des aspects mythiques qui demandent à être sérieusement critiqués.

La Parole de Dieu est une parole humaine

Ne soyez pas scandalisés quand je vous dis que l’expression biblique doit être critiquée. La Parole de Dieu est une parole humaine. Jésus s’adressait aux hommes de son temps et, voulant être compris par eux, utilisait les vieux mythes qui pouvaient leur parler. Le propre de la théologie est de critiquer au bon sens du mot, c’est-à-dire de faire la critique, de réfléchir, de comprendre ce qu’il y a sous le mythe, de telle sorte que notre imagination ne cède pas à la tentation proprement infantile de projeter dans l’avenir le présent tel quel sans transformation.

La vie éternelle, un grossissement de ce que nous 
appelons ici-bas le bonheur ?

Nous avons donc tendance à nous imaginer le bonheur du ciel comme un grossissement de ce que nous appelons ici-bas le bonheur (repos, festin, etc.) alors qu’en réalité, le bonheur du ciel est le bonheur même de Dieu. 
Etre divinisés, aller au ciel comme dit le catéchisme, ce n’est pas gravir une montagne, ce n’est pas aller dans un lieu, c’est participer à la vie divine. Or Dieu n’est qu’amour, donc la vie éternelle consiste uniquement à aimer, à sortir de soi, à ne pas penser à soi, à ne pas se replier, se recourber sur soi, à faire passer les autres avant soi. Tel est le bonheur du ciel.

François Varillon, extraits de ses conférences
cf « Joie de croire, joie de vivre », p. 37

Peu importe la couleur de la peau, le plus important c'est la valeur du cœur.

Israël, Palestine ! Si vous saviez le bonheur que vous perdez envous faisant la guerre !!!

Mano con mano desde los cinco centros creativos, construyamos la amistad.

Et si l'on prenais du temps de prier ensemble ? 

Résultat de recherche d'images pour "enfant palestinien"

Je suis sûre que l'on nous cache cet autre aspect entre ses deux peuples ! Cela ne fais pas recette de le montrer !

Citations et Panneaux Facebook à partager: Un médicament contre la tristesse

Le bonheur est le bonheur même de Dieu. 
Etre divinisés, aller au ciel comme dit le catéchisme, ce n’est pas gravir une montagne, ce n’est pas aller dans un lieu, c’est participer à la vie divine. Or Dieu n’est qu’amour, donc la vie éternelle consiste uniquement à aimer, à sortir de soi, à ne pas penser à soi, à ne pas se replier, se recourber sur soi, à faire passer les autres avant soi. Tel est le bonheur du ciel.

Je suis resté trois jours sans "foi" je ne supportais pas la division. Je suis revenue trois jours après car je me suis rendue compte que

LA DIVISION N'ETAIT PAS DANS LES AUTRES MAIS EN MOI 

Cela m'est arrivé à 20 ans. Je me rend compte de ma responsabilité et dois accepter aussi en moi cette posibilité d'être le contraire de ce que je désire. Se rendre compte de cela c'est déjà faire un pas vers l'autre. Cet effort de me dire que l'autre dans son différence à le droit d'exister... que je ne peux pas le changer mais l'accepter.

~ Myra Vienne