2016_08_31_08_31.jpg

 TOUT COMMENCE AUJOURD’HUI

Extraits de l'homélie prononcée par Maurice Zundel à la Pentecôte le 21 mai 1972 au Carmel de Matarieh au Caire

pentecote

Vous vous rappelez la dernière question posée par les apôtres au jour de l'Ascension. Tandis que Jésus les invite à se recueillir et à attendre l'Esprit saint qu'il doit leur envoyer, la dernière question qu'ils lui posent, c'est : «  Est-ce en ces temps-là que tu rétabliras le règne en faveur d'Israël ? »

Et voilà la réponse inattendue et merveilleuse : le règne de Dieu, le royaume dans lequel Jésus veut nous introduire ne peut advenir qu'au-dedans de nous. Le ciel, auquel nous sommes appelés, est justement un ciel intérieur à nous-mêmes, comme nous le dit le pape saint Grégoire : « Le ciel, c'est l'âme du juste. »
Quand Augustin dit à Dieu : « Tu étais dedans et moi j'étais dehors », il nous fait sentir toute la grandeur de ce petit mot, être dedans, c'est-à-dire être soi-même une source, être soi-même une origine, être soi-même une valeur, un trésor, être soi-même un créateur, être soi-même tout un univers.
Mais cela est totalement impossible si on n'a pas trouvé, au fond de son cœur, cette Présence infinie qui est seule capable de nous combler, qui est le seul chemin vers nous-mêmes, le seul chemin vers les autres, la seule signification de tout l'univers. Nous avons donc à recueillir ce merveilleux héritage, à découvrir, ce matin, ce don infini de l'amour éternel. 
Tout commence aujourd'hui. Voyez comme les apôtres sont radicalement transformés quand ils cessent de se regarder entre eux, et qu' ils ne voient plus que le visage du Christ imprimé dans leur cœur ! 
Aujourd'hui, nous pouvons entrer dans cet immense amour dans la mesure, justement, où nous commençons par nous recueillir pour entrer dans ce silence infini où naissent toutes les vies. C'est ce silence qui est l'origine de toute grandeur, c'est dans ce silence que l'on découvre la Présence infinie, c'est dans ce silence que l'on naît à soi, c'est dans ce silence que l'on rencontre toutes les présences ....
C'est donc dans ce silence que nous allons nous enfoncer, en demandant au Seigneur de nous communiquer la plénitude de son Esprit  pour donner au monde la joie de l'éternel amour de Dieu après laquelle toute la terre soupire. C'est cette joie qui rayonnait sur le visage du Christ.

La Pentecôte, par le sculpteur Claude Gruer (detail 3)

La Pentecôte, par le sculpteur Claude Gruer (detail 3)

Voici cette sculpture où l'on voit les disciples tous apeures après l'Ascension de Jésus qui disparaît à leur yeux et puis à la Pentecôte partant dans la joie pour annoncer ce qu'ils ont reçu au cénacle.

Je me demande comment vivre dans cette Joie qui ne dépend pas des joies de la terre... Ces joies de la terre qui sont soumises à notre pésanteur. Il me semble très clairement que vivre cette rencontre avec le Christ chaque jour, le chercher et le trouver dans le coeur fait sortir de toutes les peurs. En un mot, vivre dans L'Amour et le laisser faire en nous cette deleure d'Amour. Nous sommes très dispersés par tout bruit, message de l'exterieur. Hier j'ai un moment de panique, tout mon être était dispersé à cause des fait, des mots. Il m'a suffit de me remettre devant cette présence pour retrouver cette verticalité où tout prend sa vraie proportion.

Résultat de recherche d'images pour "Visages des enfants"

Voilà ce regard serein ... seul l'enfant peut nous donner le vrai regard de confiance. Ils vivent dans le moment présent .

Je vois par exemple mon chat. Lorsque il désire quelque chose par caprice je le sens sans céder, mais il y a en lui un appel où en me regardant il attend de moi un acte concret. Vous direz que c'est juste un chat et c'est vrai mais je me retrouve dans les enfants et dans les animaux car ils ne sont pas sujets à la pesanteur.

Résultat de recherche d'images pour "Visages des enfants"