2016_02_25_2_2016_25.jpg

 

Bonne Nouvelle de Jésus-Christ selon saint Matthieu (6, 24‑34)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent.
C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? Qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ? Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux. Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t‑il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ? Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?” Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »

Résultat de recherche d'images pour "votre pere celeste sait que vous en avez besoin"

Dans l'évangile il y a des passages qui me touchent profondément. En les vivant j'ai connu une immense paix. Le monde d'aujourd'hui a perdu ces rémérés de la foi.

"Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?” Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »

 

Je m'explique. Lorsque jeune j'ai résolu de suivre Jésus dans le Carmel, j'ai tout donné. Mêmes les habits et juste ma propriétaire m'a dit qu'elle garderais mon logement durant le temps de ma probation. Quelle joie ! Je me sentais légère et complètement abandonné dans la confiance. Un ans après j'ai du quitter mon Carmel chéri et, je me suis trouvé sans rien... des amis m'ont donné une paire de jeans. Évidement j'ai dû recommencer à mettre en place toutes les démarches pour mon travail etc. J'avais mon logement grâce à la sagesse de ma propriétaire. Durant les démarches administratives je suis allé servir les pauvre de la rue et, je pouvais manger chez mes amis qui s'occupent d'eux aussi. Puis l'après midi j'allais prier dans la paix et dans la joie, l'espoir de que étant fait tout de mon coté Jésus me donnerais ce dont j'avais besoin. Pas un seul jour je n'ai manqué du nécessaire. J'ai goutté à une paix indicible. Puis chaque soir en rentrant chez moi je recevais mon courrier et peut à peut tout se mis en place. Je recevais tout cela comme l'enfant qui recevais tout de son père. Je crois que j'ai perdu cet insouciance au milieu de ce monde qui vis en pensant à de tas des choses qui ne sont pas nécessaires et qui les encombrent ne donnant pas la joie et la paix. C'est nécessaire d'avoir ce qu'il faut et selon son temps ...et le nôtre n'est pas facile, mais je crois que ce lien avec cette dépendance envers Jésus aident à vivre tout d'une façon plus paisible 

 Matthieu 6 7 15aw

 

Bonjour et bon samedi ...

 

GOD BLESS YOU