sketch-1452640974407.jpg 

Image associée

Vivre c'est risquer

J'aime tellement ce poème (auteur inconnu) que je souhaite le faire connaître à ceux qui ne l'auraient encore jamais lu...

Rire, c'est risquer de paraître fou
Pleurer, c'est risquer de paraître fragile
Aller vers quelqu'un, c'est risquer de s'engager.
Exposer ses sentiments, c'est risquer d'exposer son moi profond
Présenter ses idées, ses rêves aux autres, c'est risquer de les perdre.
Aimer, c'est risquer de ne pas être aimé en retour.
Vivre, c'est risquer de mourir.
Espérer, c'est risquer de désespérer.
Essayer, c'est risquer d'échouer.

Mais, il faut prendre des risques,
car le plus grand danger dans la vie
c'est de ne rien risquer.
Celui qui ne risque rien ne fait rien,
n'a rien,
n'est rien.
Il peut éviter la souffrance mais il n'apprend rien
ne ressent rien
ne peut ni changer ni se développer,
ne peut ni aimer ni vivre.
Enchaîné par sa certitude,
Il devient esclave, il trahit sa liberté
Seuls ceux qui risquent d'aimer sont libres.

 

Image associée

Je crois pour ce qui me concerne que parfois il faut risquer d'être seul à seul. Risquer de se donner tout l'espace dont on a manqué car donnant toujours.

Je me souviens des moments de solitude tant aimé ou je pouvais goutter a bien des choses. Ces moments dans mon coin de prière que j'avais choisi bien petit et presque caché. Cela me manque et il me semble qu'il n'est jamais tard de renauder avec ce temps qui me procurais une telle paix. des moments pas dis à personne. Je crois que ce sont ces moments " dans le secret " qui enrichissent la vie. Je crois que j'ai eu tord de donner tout mon temps au bruit du faire et même de parler. Je me dis que tout est un mal pour un bien. Que tout ce qui nous arrive c'est pour quelque chose. Comme un avertissement, un feu rouge ou un stop pour prendre la respiration. Je suis d'accord avec ce poème et avec celui qui l'a écrit et cependant je crois aussi pour la première fois, que en tout il faut une certaine prudence. Je veux dire; pas de prudence pour donner son temps ni ce qu'il faut au pauvre n'importe la quelle de ses pauvretés, mais prudence de pas engager sa propre force. Je me souviens de mon passage à l'hôpital durant 6 mois ! Combien des fois on m'a dit " vous allez trop au delà de vous. Il ne s'agit pas de d'être ou pas une super généreuse, mais d'une autre chose qui pour moi était un excès. Je livre ces mot dans le vent pour si quelqu'un en les lisant pouvaient lui donner une lumière. Ce n'est pas du bon Français mais je crois qu'ils seront compris. Je crois que je laisse dances mots ce qui sort de mon interieur et qui ne pourrais pas l'exprimer par des mots à vive voix.

Mais... C'est quoi le bonheur ? C'est juste la sensation de bien-être ou c'est quelque chose qui nous habite et qui est toujours là mais caché parfois?

Citation signée Paulo Coelho ...

Que c'est vrai ! Je me souviens de mon premier dessin dans ma chambre d'hôpital psy. J'était sortie juste pour m'achetter des pinceaux et de la tubes de peinture. Ma première peinture, oh je crois un oiseau maladroitement dessiné que je l'offris à mon infirmier. Celui qui me voyant sangloter s'assis au pied de mon lit pour me dire juste : qu'est ce que ce malheur qui vous fait souffrir autant ? Il avait tout dit et jamais il n'eut de réponse. Et la joie de ses jeux en voyant mon dessin ! Il l'a affiché dans sa permanence et à chaque passage cela me faissais un grand bien.

héritage...

Pour vous parents et grand parents que je n'ai pas eu, de grâce laissez des souvenirs de votre Amour !

Si tu n'est pas...

Très bien Bambi ! Tu as bien raison !