enfant rieur

Le christianisme n’est pas fait pour expliquer le monde. La foi ne se situe jamais au plan de l’explication scientifique et philosophique.

Quand on aborde un tel sujet, il faut à tout prix renoncer à toute imagination. Je sais bien que c’est très difficile, étant donné que nous sommes plus prompts à imaginer les choses qu’à les concevoir ; et, lorsque nous ne parvenons pas à imaginer, nous déclarons que nous ne comprenons pas.

Il y a donc un effort sérieux à accomplir pour mortifier absolument l’imagination. Pas plus qu’on ne peut imaginer Dieu, on ne peut imaginer son action créatrice, l’acte par lequel il crée le monde.

Il faut également mortifier notre curiosité, même intellectuelle, car la Révélation ne porte pas sur des vérités propres à satisfaire la curiosité des hommes sur Dieu. Le christianisme n’est pas une philosophie, la Révélation ne se situe pas au plan de l’explication des choses, elle éclaire notre marche vers Dieu, ce qui est tout à fait différent. La Révélation nous dit quelque chose de Dieu et quelque chose de l’homme dans la mesure où cela est nécessaire à la vérité de notre relation vivante, réelle avec Dieu.

Il est donc absolument indispensable de bien comprendre la différence entre explication et signification. Car la foi ne se situe jamais au plan de l’explication scientifique et philosophique, mais toujours au plan de la signification, c’est-à-dire du sens de notre existence.

Cette distinction est absolument essentielle et le tort de beaucoup est de demander à la religion des renseignements qui relèvent de la science. Ce n’est pas la religion qui vous dit que l’eau gèle à 0° ou que la somme des angles d’un triangle est égale à 180°.

J’imagine un homme, véritable super-cerveau, compétent en beaucoup de disciplines, qui a l’explication du monde autant qu’il est possible à un homme de l’avoir. Si sa femme vient à le trahir, ce savant est capable de se suicider parce que, pour lui, la vie n’a plus de signification, n’a plus de sens ; il n’a plus de raison de vivre. Le sens de sa vie n’était pas l’explication qu’il trouvait dans les sciences mais l’amour de sa femme.

François Varillon, extraits de ses conférences " Joie de croire, joie de vivre

 

1428420381_123598_1000x667x0

Ce qui me plaît de cet homme et de ce prêtre déjà décédé c'est ses explications incarnés dans l'être humain. C'est ce dernier texte qui me touche profondément.

J’imagine un homme, véritable super-cerveau, compétent en beaucoup de disciplines, qui a l’explication du monde autant qu’il est possible à un homme de l’avoir. Si sa femme vient à le trahir, ce savant est capable de se suicider parce que, pour lui, la vie n’a plus de signification, n’a plus de sens ; il n’a plus de raison de vivre. Le sens de sa vie n’était pas l’explication qu’il trouvait dans les sciences mais l’amour de sa femme.

Ce texte me parle un peu de ce que je traverse. Cette absence de celui que j'Aime plus que tout au monde et qui s'appelle Jésus. Je sais qu'il est là, mais je n'ai aucun sentiment de coeur à coeur. Est-il du a ce que je me suis séparé de son église ? Je me dis qu'il connaît mon coeur plus que moi même. Et comme une autre fois, je lui dis la même chose " Tu est pour moi plus important que cet église " Ma question est la suivante : Puis-je garder son Amitié même si je suis séparée pour un moment, je n'en sais rien, de son église. L'eglise je ne veux pas la concevoir comme religion car ce mot là je le déteste.  

Voici une réponse pausible ?

La réponse de Roselyne Dupont-Roc

Jésus n’a pas fondé l’Église comme on fonde une association, une entreprise ou une dynastie. Jésus est le fondement, la pierre de fondation de l’Église. Il est la source qui l’irrigue et la fait vivre. Il est la clé de voûte qui l’attire vers Lui.

Jésus de Nazareth a prêché et guéri, rassemblant des foules qui espéraient l’ère de paix et de réconciliation qu’il annonçait. Il a appelé de façon plus précise douze disciples, qui représentaient de façon symbolique les douze tribus d’Israël : il annonçait ainsi la restauration du peuple d’Israël voulue par Dieu comme prémices de son Royaume.
Pourtant lorsque Jésus fut livré par les responsables du Temple aux Romains, arrêté et condamné à la mort atroce de la croix, tous s’enfuirent, déçus et terrifiés.

 Cette réponse me donne la paix et presque la réponse que j'attendais

Jesus+&+Children